La réalité derrière le culte des 7 saints de Marrakech

La réalité derrière le culte des 7 saints de Marrakech

Arrivés sur Marrakech, ce qui attire votre attention en premier lieu sont les rythmes des tambourineurs de la Dekka Marrakchia. Notamment car les paroles de ce chant ancestral ne cessent d’évoquer les sept saints qui sont devenus aujourd’hui un synonyme de la ville ocre.

Qui sont les 7 saints de Marrakech ?

La légende des Sept Saints de Marrakech remonte au 17e siècle suite à une décision essentiellement politique prise par Moulay Ismaïl, le sultan de la dynastie Alaouite. Comme il voulait épouser la fille de Louis XIV, il eu l’idée de renforcer le rayonnement et l’influence de Marrakech et décida ainsi de créer un nouveau pèlerinage à la ville. Néanmoins le défi était majeur car il devait à la fois balancer l’influence du pèlerinage de Regraga à Essaouira et déplacer l’activité économique vers Marrakech.

Dans ces conditions, le Sultan Moulay Ismaêl confia l’institution du pèlerinage à El Hassan El Youssi (1630-1691). Etant donné que ce dernier avait longtemps voyagé, il était donc très bien informé sur le Maroc de l’époque. Ainsi il choisi sept saints parmi ceux qui avaient été enterrés dans la Ville rouge dans le but de disposer de plusieurs lieux de pèlerinage dans la Médina.

Cadi Ayyad Ben Moussa :

Il est considéré comme le plus célèbre des savants du malékisme en Occident musulman. D’un autre côté, sa rigueur orthodoxe et son amour pour le prophète exprimé dans son ouvrage « Al-Chifaa » lui valent le titre de saint.

Exilé à Tadla puis finalement à Marrakech, il mourut en 1149.

Sidi Youssef Ben Ali :

Décédé en 1196 et enterré à Bab Ghmat, il garda son immense fois en Dieu même après sa maladie de lèpre. D’ailleurs il fut surnommé “Sidi Youssef l’éprouvé” particulièrement en raison des souffrances qu’il vécut.

Abou el Abbas Assabti :

Ce disciple de Cadi Ayyad passa 40 ans dans une grotte sans jamais pénétrer dans la ville de Marrakech.

Il décéda en 1205 après avoir consacré sa vie à soigner et à défendre les faible et les aveugles. C’est qu’en effet ce qui lui a valu le surnom de “ Saint Patron de Marrakech”.

Abdellah el Ghazouani “moul el ksour” :

Il était le fondateur de la Zaouïa dans le quartier “d’El Ksour”, décédé en 1528.

Sidi Ben Slimane al Jazouli :

Ce fut le fondateur du soufisme marocain et l’auteur du célèbre recueil de prières « Les chemins des bienfaits ». Mort pendant une prière en 1465 à Afoughal, on transféra son corps à Marrakech.

Sidi Abdelaziz Tebbaâ :

C’était un marchand de soie à Fès qui répandit le soufisme dans les corporations d’artisans. Il mourut en 1508 à Marrakech et fut enterré dans la mosquée Ben Youssef où il était installé.

Abderrahmane Souheili :

Ce saint était l’un des plus célèbres scientifiques de Marrakech et d’Andalousie. D’ailleurs depuis qu’il avait perdu la vue, il avait consacré sa vie à la recherche et les études en littérature arabe. De ce fait, deux chefs-d’œuvre avaient vu le jour :  l’un sur les noms propres des prophètes cités au Coran, l’autre sur la biographie de Sidna Mohammed.

L’Imam Abdul Rahman Souhaïl eut une vie très simple et finit ses jours à Marrakech où il mourut en 1186.

les 7 saints de marrakech

Zoom sur cette pratique religieuse

Dans le but d’instituer un itinéraire qui suivait un parcours circulaire (rappelant la rotation autour de la Kaaba lors du pèlerinage), Cheikh el Youssi composa un poème qui s’appelle « El aina ». C’est là où il évoqua l’ordre de la visite des sept saints.

Sidi Youssef Ben Ali -> Mardi
Cadi Ayyad -> Mercredi
Sidi Bel Abbès -> Jeudi
Sidi Ben Slimane -> Vendredi
Sidi Abdelaziz Tebbaâ -> Samedi
Sidi Abdellah El Ghazouani -> Dimanche
Imam Souheili -> Lundi.

Pour édifier ce temple religieux, c’est à Bab Doukkala que sept tours qui portent le même nom des saints furent construites.